Cultures et créations dans les métropoles-monde

Cultures et créations dans les métropoles-monde étaient mises à l’honneur par Michel Lussault et Olivier Mongin lors du débat organisé par le Centre culturel de Cerisy et la Caisse des Dépôts à Paris le 17 novembre.

On retiendra deux idées-forces de leur intervention : la première affirme la nature urbaine d’une mondialisation, soutenue par les métropoles, que l’on ne saurait réduire, comme on l’entend trop souvent, à la seule globalisation économique. Conséquence, la fin du cycle industriel qui produit le développement moderne et accompagné l’essor urbain et métropolitain, tout comme l’éventuel regain protectionniste que certains discours politiques actuels présagent, ne saurait se traduire par une démondialisation dont la nature est urbaine, sociétale, et pas seulement économique.

L’urbain est bien notre horizon, un horizon encore largement à investiguer. Et à construire : la seconde idée part de ce hiatus entre la massivité de phénomène et sa fragilité. Comment faire pour que l’urbanisation tienne la promesse d’urbanité dont elle est porteuse ? La question est fondamentale : de nombreux espaces urbains sont aujourd’hui délétères faute d’équipements adaptés, mais aussi liens, de diversité, d’innovation, de capital social, en un mot d’urbanité suffisante. L’habitabilité de notre monde dépendra de notre propension à traiter ses dimensions.

Les cultures et les créativités ont un rôle majeur à jouer dans cette optique : en transformant les espaces, en fabriquant des imaginaires urbains partagés, en renforçant la capacité spatiale des habitants, en inventant et coproduisant les solutions au plus prêt des besoins. En fabriquant de l’urbanité.

On lira avec profit l’ouvrage dirigé par Michel Lussault et Olivier Mongin, Cultures et créations dans les métropoles-monde,  Colloque de Cerisy, Hermann, 2016.